Le Yuan, 2eme monnaie officielle angolaise

le yuan devient la deuxieme monnaie angolaiseLe deuxième pays producteur de pétrole en Afrique a adopté, la semaine dernière, la monnaie chinoise comme deuxième devise officielle après le Kwanza. Un moyen de renforcer les échanges commerciaux entre la Chine et l’Angola mais aussi de réduire la dépendance de ces deux marchés au dollar américain.

Après le Nigéria, le Ghana ou encore l’Afrique du Sud, c’est au tour de l’Angola de faire du Yuan chinois une monnaie officielle. Rosa Pacavira, ministre angolaise du commerce, a annoncé les contours de cet accord monétaire le 03 août dernier. Concrètement il s’agit pour l’Angola d’utiliser le Yuan comme monnaie de règlement et de réserve afin de tisser une étroite relation économique avec l’empire du milieu. Du côté chinois, le Kwanza angolais aura libre cours sur le territoire de l’empire du milieu. « Aucun pays n’avait accepté de faire cela, excepté la Chine. Ceci est un grand avantage », a déclaré Rosa Pacavira. Par ce rapprochement, l’Angola espère importer davantage de la Chine et réduire sa dépendance aux recettes pétrolières mais aussi et surtout au dollar américain. C’est également une opportunité pour le pays de monnayer sa production d’hydrocarbures sur le vaste marché chinois, premier importateur mondial de pétrole depuis 2013.

« Aucun pays n’avait accepté d’utiliser une monnaie angolaise, excepté la Chine. Ceci est un grand avantage » – Rosa Pacavira, ministre angolaise du commerce

Le yuan se renforce en Afrique

Très présente en Afrique, la Chine tente progressivement d’y étendre son influence monétaire face au dollar. Les échanges commerciaux Chine-Afrique ont été multipliés par 20 ces quinze dernières années atteignant plus de 200 milliards de dollars en 2013, soit deux fois plus que les Etats-Unis. Selon une étude de la banque HSBC, d’ici 2020, près de 50% des transactions réalisées par la Chine à l’étranger se feront en Yuan, contre 20% l’an dernier.

Les données de la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications (SWIFT), récemment publiées, montrent que les sommes en Yuan, utilisées comme monnaie de paiement ont augmenté de 33% en Afrique du Sud, par exemple, en 2014. Plus de mille banques dans 85 pays se servent déjà du yuan pour leurs transferts. La hausse des investissements de la Chine en Afrique contribue également au renforcement de sa monnaie hors de ses frontières. Par sa future Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), la Pékin souhaite que les financements se fassent en monnaie chinoise, l’équivalent de 50 milliards de dollars la première année. De quoi couper l’herbe sous le pied du billet vert (le dollar).

#TheAfronomist

Pour Oeil d’Afrique.com

Articles similaires
  • LE FRANC CFA MOURRA : MAIS, COMMENT ET QUAND À la veille de la conférence semestrielle des Ministres des finances de la zone franc qui se tient à Yaoundé  le 9 avril 2016, le contexte actuel de crise internationale va, à l’évidence, marquer les débats et les résolutions de cette instance. Mais par dessus tout, la question des règles de gestion de la zone [...]
  • AFRIQUE 2016 : Souveraineté et questions de Politique Éco... Contribution de l’économiste Noel M. Ndoba Ce texte est une version adaptée de la chronique « La mondialisation et ‘Nous’ » publiée dans le magazine panafricain Matalana dans le numéro de janvier 2016. Lire la 1ère partie ici « En 2016, la monnaie chinoise, le yuan sera davantage présente en Afrique » – Noel M. Ndoba Click To Tweet [...]
  • AFRIQUE 2016 : Souveraineté et questions de Politique Éco... Contribution de l’économiste Noel M. Ndoba Ce texte est une version adaptée de la chronique « La mondialisation et ‘Nous’ » publiée dans le magazine panafricain Matalana dans le numéro de janvier 2016. AFRIQUE 2016 : LA « SOUVERAINETE » ET DEUX NOUVEAUX PROBLÈMES COMMUNS DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE De tous les problèmes prévisibles auxquels les pays africains devront faire [...]
  • Infrastructures : L’Afrique se « raccorde » Les besoins en investissement de l’Afrique subsaharienne dans les infrastructures sont considérables, que ce soit en réseaux, en énergie, ou dans le domaine des transports. Signe d’évolution notable, les investisseurs étrangers s’impliquent en force dans les travaux publics et les transports pour transformer radicalement l’Afrique dans un secteur en panne d’investissement depuis longtemps. 100 milliards [...]
  • Nigeria : Et si on (re)dévaluait ? Confronté à la baisse des prix du pétrole, le Nigeria, premier pays africain producteur d’or noir, risque, selon Standard and Poor’s, de dévaluer sa monnaie, le naira, une troisième fois en un an. La Banque Centrale nigériane s’oppose à une nouvelle dépréciation, craignant les impacts négatifs sur l’économie du pays, mais, pour certains économistes, ce [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Où sortir ce mois-ci

septembre

Pas encore d'événement

Qui suis-je

1Je suis une journaliste optimiste mais réaliste, une fille normale qui rêve d'une vie normale dans un monde pas si normal!! Ma vision de l'Afrique tranche avec le regard excessivement sombre que montrent les médias internationaux et je veux le faire savoir. Sénégalaise d’origine, strasbourgeoise et parisienne de cœur, globe-trotter dans l'âme, j’ai la phobie des esprits étriqués et des espaces limités. Je suis une afronomiste.

Mes gazouillis

L’optimisme, ça se like…

Newsletter

Envie de contenus exclusifs ? Abonnez-vous à la newsletter pour ne rien rater des infos optimistes et objectives sur l'Afrique.