Le Rwanda : Un modèle de développement

Développement du RwandaDévasté par un génocide il y a plus de 20 ans, le Rwanda a réalisé des progrès spectaculaires sur le plan du développement. Le pays des mille collines, désormais acteur de sa propre croissance, est devenu une destination prisée des investisseurs et ambitionne d’accéder au statut de pays à revenu intermédiaire d’ici 2020.

Plus de 800.000 rwandais massacrés en 4 mois. Au sortir de la guerre civile de 1994, ce triste record poursuivit le Rwanda pendant longtemps. Nul n’aurait misé le moindre sou sur ce petit pays enclavé et pauvre du continent africain. Mais les succès économiques qu’il ne cesse d’engranger en font aujourd’hui un modèle de croissance qui force l’admiration. Dans le cadre d’une volonté de diversification de l’économie, le programme « Vision 2020 » ambitionne de passer d’une économie à faible revenu fondée sur l’activité agricole à une économie de services basée sur le savoir.

Le Rwanda affiche ainsi une croissance forte, une réduction de la pauvreté et, depuis 2005, un recul des inégalités.

Croissance et climat propices aux affaires

Depuis plusieurs années, le  pays aux mille collines mène des réformes économiques courageuses qui lui ont permis de se maintenir au rang de troisième économie la plus compétitive d’Afrique.

« J’ai été vraiment impressionnée par la capacité du pays à se remettre sur pieds,  et le tout sans exclusion, grâce à des politiques économiques mises en place ces dernières années », déclarait Mme Lagarde lors d’une visite au Rwanda en début d’année.

Avec une croissance moyenne de plus de 7% par an, le pays attire de plus en plus les investissements privés. La qualité du climat des affaires est une des priorités de la stratégie de développement du gouvernement rwandais.

Pour ce faire, ce dernier a fortement simplifié les procédures administratives de création d’entreprises. Ainsi entre 2008 et 2009 par exemple, le nombre d’étapes nécessaires à la création d’une entreprise est passé de 8 à 2. Dans le même temps le délai de création des entreprises a été réduit à 3 jours contre 14 auparavant.

Le Rwanda est ainsi devenu le 3e pays africain présentant le meilleur environnement des affaires. Le pays qui a gagné 2 places au dernier classement Doing Business est désormais 46e au niveau mondial. Ce score est d’autant plus remarquable qu’il y a 6 ans, le Rwanda était au 150ème rang du classement, enregistrant la plus forte progression depuis 2005.

Longtemps organisée autour du domaine agricole, l’économie rwandaise tend aujourd’hui à se diversifier notamment en développant le secteur des services (52% du PIB). Cette réorientation tourne autour de 3 piliers principaux :

  • Le tourisme
  • La finance
  • Les technologies de l’information et de la communication (TIC)

Des secteurs qui attirent le plus les investisseurs étrangers.

Le savoir, moteur du développement

(Rapport 2014 sur l’éducation pour tous, Unesco).

Pour faire face à la raréfaction de la terre cultivable et trouver des alternatives pour sa population majoritairement jeune, rurale et cultivatrice, le Rwanda a décidé, depuis 2008, d’opérer un virage à 180 degrés en insistant sur le renforcement de la formation professionnelle. Beaucoup d’efforts sont investis pour permettre aux jeunes rwandais de maîtriser le savoir-faire nécessaire à l’exercice d’un métier pour qu’ils soient capables de s’insérer dans le milieu du travail immédiatement après la formation. Le but étant de non seulement créer un lien entre l’école et le monde professionnel mais aussi de répondre à la demande récurrente du secteur privé de main d’œuvre compétente.

Fort de ce climat propice, le Rwanda a réussi à attirer des entités étrangères comme l’américain Starwood qui a annoncé son implantation dans le pays d’ici à 2018. La prestigieuse université américaine Carnegie-Mellon va y créer son premier campus africain consacré aux TIC.

Pour aller plus loin : 6 faits qui vont vous surprendre sur le Rwanda

TheAfronomist

#MoisDeLAfrique

#JeSuisAfronomiste

 

Envie de contenus exclusifs ? Abonnez-vous à la newsletter pour ne rien rater des infos optimistes et objectives sur l'Afrique.

Articles similaires
  • 2017 : Trump, l’ère « Post-vérité » et l’Afri... Cet article est une version adaptée de la chronique publiée par l’auteur dans le numéro de Janvier 2017 (numéro 79) du magazine panafricain MATALANA Le Temps de l’Afrique. Post-vérité : les émotions contre les faits objectifs « Post-vérité » (« Post-truth » en anglais ), est LE mot de l’année 2016 selon le célèbre Dictionnaire d’Oxford – Oxford Dictionary. Voilà [...]
  • Afrique noire, Barack OBAMA, démocratie et « régénération... Ce texte est une version adaptée de la chronique publiée par l’auteur dans le magazine panafricain « MATALANA Le Temps de l’Afrique » en novembre 2016. Bouclée le 1er novembre 2016, cette chronique fait (heureusement !) l’économie de l’incertitude liée au coup de théâtre opéré par le patron du FBI avec l’affaire des e-mails d’Hillary Clinton, juste avant [...]
  • LE FRANC CFA MOURRA : MAIS, COMMENT ET QUAND À la veille de la conférence semestrielle des Ministres des finances de la zone franc qui se tient à Yaoundé  le 9 avril 2016, le contexte actuel de crise internationale va, à l’évidence, marquer les débats et les résolutions de cette instance. Mais par dessus tout, la question des règles de gestion de la zone [...]
  • AFRIQUE 2016 : Souveraineté et questions de Politique Éco... Contribution de l’économiste Noel M. Ndoba Ce texte est une version adaptée de la chronique « La mondialisation et ‘Nous’ » publiée dans le magazine panafricain Matalana dans le numéro de janvier 2016. Lire la 1ère partie ici « En 2016, la monnaie chinoise, le yuan sera davantage présente en Afrique » – Noel M. Ndoba Click To Tweet [...]
  • AFRIQUE 2016 : Souveraineté et questions de Politique Éco... Contribution de l’économiste Noel M. Ndoba Ce texte est une version adaptée de la chronique « La mondialisation et ‘Nous’ » publiée dans le magazine panafricain Matalana dans le numéro de janvier 2016. AFRIQUE 2016 : LA « SOUVERAINETE » ET DEUX NOUVEAUX PROBLÈMES COMMUNS DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE De tous les problèmes prévisibles auxquels les pays africains devront faire [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Où sortir ce mois-ci

novembre

Pas encore d'événement

Qui suis-je

1Je suis une journaliste optimiste mais réaliste, une fille normale qui rêve d'une vie normale dans un monde pas si normal!! Ma vision de l'Afrique tranche avec le regard excessivement sombre que montrent les médias internationaux et je veux le faire savoir. Sénégalaise d’origine, strasbourgeoise et parisienne de cœur, globe-trotter dans l'âme, j’ai la phobie des esprits étriqués et des espaces limités. Je suis une afronomiste.

Mes gazouillis

L’optimisme, ça se like…

Newsletter

Envie de contenus exclusifs ? Abonnez-vous à la newsletter pour ne rien rater des infos optimistes et objectives sur l'Afrique.